Qu'est-ce qu'une nation ? définition(s)

C'est une notion primordiale, puisqu'elle est à la base de nombreux conflits lors des deux derniers siècles, de la création des frontières modernes..; Et que l'on retrouve cette question de l'identité nationale au coeur de la dernière campagne présidentielle française.


1 - Deux visions distinctes.


La nation est un concept assez moderne, puisqu'il n'a été utilisé dans son sens actuel qu'à partir de l'époque moderne. En Relations Internationales, on a souvent tendance à faire remonter l'existence des Etats-nations au traité de Westphalie (1648), qui arrête, grosso modo, les frontières de la France métropolitaine que l'on connaît maintenant et marque dan sle même temps l'avènement du système international que l'on connaît encore aujourd'hui : le monde post-westphalien, qui fait des Etats le mode d'organisation politique dominant.


Mais c'est surtout au XIXème siècle que le concept devient primordial dans l'Histoire. Il symbolise le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes : les sentiments "nationalistes" ont commencé à émerger avec les grandes conquêtes de Napoléon en Europe. En Prusse, pour se rebeller face à la domination napoléonienne, on évoque l'unité du peuple allemand. Le texte fondateur est le Discours à la Nation Allemande de Fichte, en 1806.


C'est la première vision : la vision allemande de la nation. grosso modo, ici, la nation est un peuple issu de la même origine et qui partage la même culture. La nation, selon Fichte, a des caractéristiques objectives : culture, race, religion, histoire, langue etc. Cela impliqua des postures des actes sur lesquels nous reviendrons nécessairement.


La deuxième vision est la conception française de la nation, définie par Ernest Renan dans Qu'est-ce qu'une nation? en 1882. Pour lui (et ça, c'est une définition à retenir absolument!!!), la nation est un "vouloir-vivre ensemble", c'est à dire une communauté d'individus qui, quelque soit leur origine culturelle ou ethnique, ont cette envie de faire partie d'une entité. La nation est un vouloir-vivre ensemble. C'est la vision traditionnelle française, et c'est sur ce principe que fonctionne la République Française.


Le problème, c'est que quand tout le monde n'a pas la même vision, cela engendre souvent des frictions, qui aboutissent à des conflits...




2 - Portée historique du concept de nation.


Au XIXème siècle, l'exaltation du sentiment national - puisque la nation, contrairement à l'Etat, répond au ressort du sentiment - a engendré la guerre de 1870, et surtout de manière plus nette le conflit de 1914, du moins entre la France et l'Allemagne, qui se disputent l'Alsace-Moselle au nom de deux visions incompatibles.


Le cas de l'enjeu alsacien dans les trois derniers conflits franco-allemands.


L'Alsace est une démarcation intéressante car c'est là que se cristallise le lieu de frottement entre les deux conceptions : d 'un côté, les Français soutiennent que les Alsaciens sont français parce qu'ils ont le désir d'être et de rester français, et qu'ils font donc partie de la nation, au nom du "droit des peuples à disposer d'eux-mêmes"...


De l'autre côté, les Allemands (les Prussiens, avant 1870, pour être plus précis...) défendent le fait que, qu'ils le veuillent ou non, les Alsaciens sont allemands, de par leur origine ethnique, leur culture, et leur langue, l'alsacien, qui est une langue germanique. Selon eux, les Alsaciens sont des "Allemands recouverts d'un enduit français". Donc, tout l'enjeu va être de faire éclater cet enduit et de récupérer cette région. L'enjeu national fut sous-jacent aux conflits franco-allemands qui ont agité le continent...



Au niveau international.


La nation est reconnue au niveau mondial après 1918, par le "droit des peuples à disposer d'eux mêmes". ici, on constate que la conception française semble l'emporter. Cette mutation s'opère via la SDN (Société des Nations) lors de sa création, en 1918. Les Etats et royaumes vont donc se morceler et l'on va voir apparaître bon nombre d'Etats-nations... Ou de nations qui réclament le droit de décider de leur sort ; ces revendications, qui apparaissent otu à fait légitimes, marqueront de leur sceau tout le XXème siècle.




3- la nation dans la campagne présidentielle française de 2007...


L'importance de l'identité nationale a été clairement soulignée tout au long du débat électoral, par Nicolas Sarkozy bien sûr, ainsi que par Philippe de Villers ou Jean-Marie Le Pen, tenants d'un conservatisme qui favorise l'émulation nationale en opposition au projet européen et aux enjeux de l'immigration, par Exemple. Toutefois, Ségolène royal aussi prit position dans le débat en formulant le souhait de voir apparaître au sein de chaque foyer le drapeau tricolore...


La question de l'identité nationale est partie d'une idée formulée par Nicolas Sarkozy au sujet de la création d'un ministère de l'Immigration et de l'Identité Nationale...


Premièrement, comme le soulignait déjà Ernest Renan à la fin du XIXème siècle, la France est, par essence, depuis des fondations qui outrepassent son nom même, une nation de brassages culturels et ethniques, convertie au fil des âges en terre d'accueil. De plus, l'héritage colonial lui-même interdit de penser en termes ethniques la question de l'identité nationale. La France tire son identité de l'immigration. Aussi, l'association des deux concepts au sein d'un même ministère prête à réfléchir : s'agit-il d'une exploitation totale de ce sens, ou alors d'un contresens?


Si l'on ajoute à cela, dans un deuxième temps, que la fixation au sein d'un ministère de l'Identité Nationale est en parfaite inadéquation avec la forme fluctuante des éléments qui cimentent la nation dans la conception de Renan, contrairement à la conception française, il semblerait plutôt que cette construction nous rapproche d'une vision allemande, ce qui serait un paradoxe pour défendre l'Identité Française. C'est là tout l'enjeu de l'élaboration de ce ministère, souvent critiquée, bien que rarement sous cet angle, qui semble pourtant primordial à la compréhension des perspectives que cela engendre.


Bien entendu, il faut reconnaître que ce "vouloir-vivre ensemble" est basé sur des valeurs partagées : la déclaration des droits de l'homme, la république, la laïcité, etc, qui permettent d'assurer la continuité de l'identité nationale française. Or, la Nation Française existait bien avant 1789, ou encore... bien avant la Victoire des Bleus en 1998. Les éléments constituants, s'ils ne sont pas des murs porteurs, sont davantage des jalons de cette construction nationale, qui ne supporterait en aucun cas une rigidification dans l'Histoire.



Merci de me contacter pour toute question ou toute inexactitude que ces écrits pourraient comporter.