Le discours politique entre communication, conjoncture et civilisation

Publié le par Steve Bonet

Les différents et ô combien nombreux messages délivrés par la présidence française en huit mois avancent des idées, des projets d'action, des prises de position... Et débouchent parfois sur des interférences.

Lorsque Nicolas Sarkozy évoque une "politique de civilisation", prônée par Edgar Morin dans un ouvrage du même nom (en 1997), il appuie la nécessité structurelle de changer de modèle, mais aussi de prendre le temps et la mesure des mutations. Or, le rythme effréné, du moins du point de vue de la communication, imposé par le nouvel exécutif, ne permet pas d'entrer dans l'analyse de ces mesures et propositions et, encore moins, d'en discuter les éventuels résultats. L'agenda, ainsi, a grignoté l'espace médiatique qui, jusque là, était réservée aux bilans.

L'agenda politique au service du court terme ?

A première vue, ce rythme, cette succession de propositions et d'effets d'annonce, donnent l'impression d'une activité permanente, d'une gouvernance qui se ferait constamment dans l'action, et non dans la réflexion. Cela semble contraster avec l'idée d'un changement structurel de la société, qui nécessiterait de grandes réformes que l'on ne pourrait juger que sur la durée : ici, l'évaluation du Gouvernement par un cabinet privé, prêt à noter l'action des ministres au bout de huit mois, ne donne pas une impression forte de recul.

Cependant, peut-être faut-il y voir là une volonté, par les effets d'annonce et l'accaparation de la machine médiatique, de posséder le temps de l'information et ne pas laisser le public (les citoyens) dans une posture d'attente, mais de réception permanente. Nous pouvons ainsi penser que les politiques engagées n'attendent que de se révéler à moyen et long terme, et que la communication politique "agressive" que nous connaissons ne sert que d'amuse-gueule en attendant les bilans qui, dans une vie politique idéale, ne pourraient être décemment discutés qu'au bout d'une période minimale, en fonction des domaines abordés. A priori, noter l'action de Christine Albanel, Ministre de la Culture, sur des résultats à six mois, serait une erreur ; d'autant que c'est elle qui, en partie, détient les clés de cette civilisation... Boutade.

Projets de campagne et projet de civilisation

Peut-on vouloir relancer la croissance et axer une grande partie de son discours politique sur le pouvoir d'achat (déjà discuté ici) tout en exprimant le désir d'une politique de civilisation renouvelée ? Edgar Morin, interrogé à ce sujet, explique (sur diplomatie.gouv.fr ) :


"Tout ce qui a constitué le visage lumineux de la civilisation occidentale présente aujourd’hui un envers de plus en plus sombre. Ainsi, l’individualisme, qui est l’une des grandes conquêtes de la civilisation occidentale, s’accompagne de plus en plus de phénomènes d’atomisation, de solitude, d’égocentrisme, de dégradation des solidarités. Autre produit ambivalent de notre civilisation, la technique, qui a libéré l’homme d’énormes dépenses énergétiques pour les confier aux machines, a dans le même temps asservi la société à la logique quantitative de ces machines."



Edgar Morin poursuit son développement en expliquant que la technique est également responsable des dangers militaires modernes (la menace nucléaire par exemple), mais aussi des mutations environnementales hostiles que nous connaissons, et que le GIEC a, depuis, officialisées.

Certes, le Grenelle de l’Environnement est une grande avancée politique, et peut-être civilisationnelle, car l’humanité reconnaît enfin son appartenance à la nature, et non l’inverse ; cela ne s’est probablement pas produit en Occident depuis la sédentarisation des peuples. Néanmoins, le souci de croissance, la dimension économique des visites en Chine, en Libye ou en Arabie Saoudite, tout comme la volonté – encore une fois – de distribuer des notes à son gouvernement selon des méthodes de management déjà éprouvées dans le monde de l’entreprise, semblent contredire cette volonté.

Les changements demandent du temps ; gageons que leur mise en place demande aussi, de la part des citoyens, de la patience. Toutefois, l’annonce médiatique étant le point essentiel de la politique moderne, gageons que ces références, qui impliquent tout de même un lourd passif philosophique et culturel, ne soient pas utilisées ici comme un nouveau couteau suisse communicationnel, mais comme un vrai point de départ. Sur ce point, le président - au nom de l'exécutif - sera évalué sur ses actions et non sur des résultats, car tout le monde a bien conscience que l’on ne change pas une civilisation en cinq ans.

Cette nouvelle impulsion, qui s’incarne de manière protéiforme dans les réflexions d’experts environnementaux, économistes, sociologues et philosophes doit absolument outrepasser aujourd’hui le stade de la référence présidentielle.


Cet article constitue, avant tout, une base de réflexion. Vos apports sont bien évidemment les bienvenus.

Publié dans Actualité commentée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article